vendredi 12 janvier 2018

« Que l’énergie spirituelle et l’énergie des mânes de nos ancêtres comblent Oswald Homéky … », souhaite Anicet Adanzounon

Dans le cadre de ses vœux au Ministre de la Culture

Une nouvelle année constitue une opportunité pour traduire ses attentes, ses préoccupations profondes par la formulation de vœux. Parmi les acteurs culturels ayant choisi de donner une valeur particulière à l’exercice se trouve l’homme de théâtre, Anicet Adanzounon, qui envoie des vœux 2018 à une personnalité peu commune : Oswald Homéky, Ministre de la Culture.

Anicet Adanzounon
Journal ’’Le Mutateur’’ : Bonjour Anicet Adanzounon. Vous êtes comédien, metteur en scène, promoteur culturel et Président de la Fédération des associations des metteurs en scène et des arts assimilés du Bénin (Fames-Bénin). Vous avez des vœux à formuler à l’endroit du Ministre de la Culture, Oswald Homéky …

Anicet Adanzounon : Merci de m’avoir accordé votre tribune. Au nom de la Fédération des associations des metteurs en scène et des arts assimilés du Bénin (Fames-Bénin), je tiens à dire nos vœux les meilleurs à notre Ministre du Tourisme, de la culture et des sports, M. Oswald Homéky. Que Dieu le comble de l’esprit de la clairvoyance pour mieux orienter les réformes du Programme d’actions du Gouvernement (Pag) ! Que Dieu le comble de l’esprit de clairvoyance pour permettre à nous, les acteurs, qui n’avons pas de soutien, de commencer aussi à en bénéficier ! En effet, il fait beaucoup pour la musique ; j’ai compris que, jusqu’à sa prise de fonction, ce sont les musiciens qui bénéficiaient beaucoup de soutien. Nous, hommes de théâtre, nous ne nous retrouvons pas encore dans ses actions.
Mais, pour l’année 2018, nous souhaitons au Ministre Oswald Homéky de penser à faire restituer aux ayant-droit le solde de la subvention par le Fonds d’aide à la culture (Fac) des activités culturelles de l’année 2016. La récupération de ces fonds fait partie des priorités que nous nous sommes donné, pour 2018. Notre question est de savoir si le budget de la nouvelle année nous donne la chance de récupérer ce solde, parce que nous, nous n’avons pas de soutien, nous n’avons rien.
Donc, si, jamais, nous n’avons pas nos soldes, en 2018, la morosité financière qui sévit depuis l’année passée va continuer. On ne le dit pas parce qu’on ne vit que du Fac mais, du moment que cette institution a fait un appel à projets et qu’elle nous a accordé une subvention que nous lui avons demandée, nous nous sommes endettés véritablement pour réaliser notre projet et pour en déposer le rapport. Entre temps, je suis entièrement d’accord pour que le Pag soit réalisé et que les réformes s’installent ; nous sommes prêts à accompagner le Ministre s’il nous fait appel, en tant qu’homme de théâtre, en tant que promoteur de ’’L’évangile du rire’’, de ’’72h de théâtre’’ et du Festival de la danse sur bambou à travers les associations. Nous souhaiterions que Monsieur le Ministre comprenne qu’il est très important pour nous qu’il pense à ces nombreux artistes qui sont dans l’attente de leurs reliquats.
Pour finir, je demanderais au Ministre de ne pas écouter seulement certaines personnes, parce que nous sommes dans un pays où il y a trop de clans. Que le Ministre commence à nous accorder un peu son écoute, pour connaître les préoccupations de nous qui ne sommes pas à Cotonou ; il y a beaucoup d’acteurs culturels qui sont à Houèdo, à Tori-Bossito, à Zinviè, à Allada, et qui travaillent. J’aimerais que le Ministre commence aussi à s’intéresser à ceux-là, parce qu’ils ont aussi beaucoup à apporter à la nation. Que l’énergie spirituelle et l’énergie des mânes de nos ancêtres comblent Oswald Homéky pour qu’il ait la force et l’énergie de régler le problème culturel, comme il l’a fait pour le sport !

Propos recueillis par Marcel Kpogodo 

jeudi 11 janvier 2018

Guy-Ernest Kaho s’investit dans le théâtre domestique

Face à la définition d’une nouvelle démarche artistique


Comédien et acteur béninois reconnu, conteur, déclamateur, poète, Guy-Ernest Kaho a pratiqué plusieurs scènes, de celles ouvertes à d’autres, fermées, et ne manque pas d’explorer de nouveaux univers de jeu de rôles, parmi les moins imaginables. Depuis peu, il exerce dans une forme inhabituelle de théâtre, celle qui s’effectue à domicile, ce qu’il a fallu découvrir, en décembre 2017, dans un foyer de Cotonou, à travers une pièce écrite par Emmanuel Darley.

Le personnage, dans son jeu d'attrape-souvenirs et ...
Un homme frappe à une porte, entre et agit spontanément dans une maison dont l’intérieur remarquable est une salle de séjour, où sont réunis, quelque peu serrés, les membres de la famille et des amis qu’ils reçoivent, comme à dîner. Le contexte bien planté du théâtre à domicile, qu’a pratiqué, dans la soirée du 15 décembre 2017, à Cotonou, le comédien béninois, Guy-Ernest Kaho, à travers la pièce, ’’Qui va là ?’’ d’Emmanuel Darley, dans une mise en scène de Jean-Michel Coulon.
Sans gêne aucune, cet homme, qui semble un inconnu, arrive dans la demeure, y dépose son sac de vagabond de même que ses chaussures, y déambule librement, en brise complètement les normes d’intimité, y prend ses aises, une douche, un repas, bien attablé qu’il est, se fraie un espace dans une banquette occupée, cause, raconte comment la demeure qu’il a intégrée était sienne. 

... confortablement couché, comme chez lui
Dans ses différents mouvements, dans ses va-et-vient, interminables, de l’intérieur vers le salon, dans ses actes de liberté, tels que la musique qu’il met à fond en se douchant et qu’il fredonne, les soupirs décontractés quand il est aux besoins, il évoque la proximité avec sa mère, dans cette maison, une vingtaine d’années auparavant. A la grande surprise du public circonstanciel, il va jusqu’à s’affaler douillettement dans le confortable lit de l’une des chambres à coucher, à l’étage, la sienne, dans un certain passé, y identifie, à une place précise, un trou qui a été comblé, avec le temps. C’est une véritable odyssée, dans une maison d’autrui, qui se termine dans des conditions assez embrouillées puisqu’en quittant les lieux, le personnage ne se souvient plus y avoir habité.

A table, manifestant un grand appétit, comme chez lui
Le monologue, mené de bouche et d’esprit d’expert, par Guy-Ernest Kaho, a rendu perceptible la capacité d’adaptation du comédien à un système complètement nouveau pour lui et, sa force réside dans sa capacité à incarner un personnage multi-actant, supportant simultanément les charges de destinateur, de destinataire, d’adjuvant et d’opposant de l’action de reconnexion avec un passé particulièrement évocateur. En effet, le personnage lui-même est à l’origine de l’action de recherche de réminiscence, et il est celui qui l’exécute, d’où sa posture se renforce de l’actant du sujet.
En outre, destinataire, le même personnage est celui qui profite de l’action du sujet, vu le bien-être et l’épanouissement qui se lisent dans sa voix égayée, dans ses rires, dans son agilité débordante à se mouvoir aisément dans une maison qui, entre temps, lui était devenue étrangère ; il s’est défoulé de ses rancœurs, de ses frustrations.  Par ailleurs, ce personnage est son propre adjuvant, étant que c’est lui-même qui a mis en œuvre le processus de prise en contact avec les souvenirs épanouissants de la vie avec sa mère ; il a concrètement agi pour donner corps à sa volonté. De même, il est son propre opposant, sinon, comprendre qu’au dénouement, il se comporte comme s’il n’était plus sûr d’avoir vécu dans la maison concernée ?
Dans ce contexte de charge et de surcharge d’actants, Guy-Ernest Kaho n’avait pas d’autre choix que de se sentir débordé, d’où, physiquement, la transpiration qui ne pouvait qu’aller de soi. Et, le naturel de ses pas, de ses gestes, de ses intonations, de ses ricanements font de lui un professionnel confirmé, indétrônable du jeu sur scène. En effet, comme « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire », il a réussi son jeu après s’y être donné à fond et, « le coup d’essai a été un coup de maître ».


Marcel Kpogodo